Politique de la vieillesse

La Suisse compte toujours plus de seniors. Actifs et en forme, ils ont de multiples intérêts et ne manquent pas d’idées, se tiennent informés et profitent de leur expérience de vie. Ils sont ouverts à de nouvelles formes d'habitat qui leur permettent de rester chez eux aussi longtemps que possible et même jusqu'à un âge avancé. La Confédération soutient cette évolution à travers l’action de plusieurs offices chargés directement ou indirectement des questions ayant trait à la vieillesse. La politique et l'action concrète dans le domaine de la vieillesse relèvent en grande partie des cantons, des villes et des communes, et plusieurs organisations non gouvernementales fournissent des prestations pour les personnes âgées.

On entend par politique de la vieillesse les mesures prises par l'Etat (Confédération, cantons et communes) influant sur la situation de vie de la population âgée. Revêtent une importance particulière la garantie d'un revenu adéquat et l'encouragement de la participation et de l'intégration sociales des personnes âgées.

Au sens large, la politique de la vieillesse concerne un large éventail de thèmes et de domaines politiques, dont :

  • la sécurité sociale
  • l'aménagement du territoire, le logement et la mobilité
  • le marché du travail et les travailleurs âgés
  • la statistique (scénarios démographiques)
  • le droit à la protection de l'adulte
  • les migrantes et les migrants âgés
  • les loisirs, le sport et le mouvement
  • les soins et la prise en charge des personnes âgées
  • la communication
  • la recherche
  • les relations intergénérationnelles
  • l'égalité entre les sexes

Au sens restreint, la politique de la vieillesse comprend au niveau fédéral, d'une part, la prévoyance vieillesse financière, d'autre part, la prévoyance sanitaire.

Une politique de la vieillesse qui mise davantage sur les ressources des personnes âgées

La politique de la vieillesse a pour objectifs de mieux reconnaître la contribution que les personnes âgées apportent à la société, de veiller à leur bien-être et d'assurer leur sécurité matérielle. Elle doit encourager leur autonomie et leur participation, et renforcer la solidarité entre les générations. Le rapport approuvé le 29 août 2007 par le Conseil fédéral pose, sous forme de lignes directrices, les bases d'une telle politique. Il ne s'agit pas là d'un plan d'action, mais d'une stratégie, qui ne se limite pas au domaine de compétence de la Confédération, mais inclut tous les acteurs : cantons, communes et autres partenaires. Ce rapport a été rédigé en réponse au postulat Leutenegger Oberholzer du 3 octobre 2003 (03.3541).

Rapport du Conseil fédéral "Stratégie en matière de politique de la vieillesse" (PDF, 1 MB, 19.12.2007)Rapport du Conseil fédéral donnant suite au postulat 03.3541 Leutenegger Oberholzer du 3 octobre 2003

Confédération

Au niveau fédéral, la politique de la vieillesse comprend, d'une part, la prévoyance vieillesse financière avec le système des trois piliers. D'autre part, la Confédération s'occupe de prévoyance sanitaire, c'est-à-dire de la prévention, de l'assurance-maladie et du financement des soins de longue durée.

Cantons et communes

Les cantons et les communes ont pour tâche de veiller à ce que les personnes âgées disposent d'assistance et de soins, tant à domicile que dans les établissements médico-sociaux.

Organisations non gouvernementales (ONG)

Outre la Confédération et les cantons, de nombreuses organisations non gouvernementales (ONG) et organismes d'entraide jouent un rôle dans la politique de la vieillesse, sans oublier le soutien dans le cadre familial et l'aide de voisinage.

Dernière modification 02.11.2017

Début de la page