L'Assurance Invalidité (AI) : rôle et fonctionnement

Introduction

La Suisse a un système social solide et de bonne qualité.

Les assurances sociales offrent une grande protection à la population.
Par exemple, l’Assurance vieillesse et survivants (AVS), l’Assurance chômage (AC) ou l’Assurance maladie (AMal).

Ces assurances aident les personnes en Suisse à avoir assez d’argent pour vivre et à ne pas être dans la pauvreté.

A quoi sert l’Assurance Invalidité (AI) ?

Une personne qui travaille peut devenir un jour invalide. C’est un risque.
Par exemple : à cause d’un accident ou d’une maladie, cette personne ne peut plus travailler pendant très longtemps. Alors cette personne ne reçoit plus de salaire.
Lorsque cela arrive, cette personne a besoin d’une aide extérieure. C’est pour cela qu’il y a l’AI.

L’Assurance Invalidité existe depuis 1960. Toutes les personnes qui vivent en Suisse sont assurées auprès de l’Assurance Invalidité. Quand une personne ne peut plus travailler à cause d’une maladie ou d’un accident, elle reçoit de l’aide de l’AI ou d’une autre assurance.

Comment l’Assurance Invalidité (AI) vient-elle en aide ?

  • L’AI aide quand il y a des problèmes de santé
  • L’AI soutient l’employé et l’employeur dans la période de réadaptation.
    Cela veut dire : le période où, après une longue maladie ou un accident, la personne revient à sa place de travail ou a besoin de changer de travail.
  • L’AI paie les moyens auxiliaires. Par exemple un fauteuil roulant ou des appareils auditifs.
  • L’AI paie chaque mois la rente à la personne.

Quelles sont les conditions pour recevoir l’aide de l’Assurance Invalidité (AI) ?

Pour recevoir l’aide de l’AI, la personne doit être « invalide ».

C’est quoi « l’invalidité » ? Qui est « invalide » ?

L’invalidité, c’est un mot qui est utilisé dans les lois sur les assurances.

Dans les lois, une personne est invalide :

  • si cette personne a pendant longtemps des problèmes dans sa santé. Cela peut être dans sa santé physique, psychique ou mentale
    et
  • s’il n’y a pas de traitement médical pour ces problèmes
    et
  • si la personne ne peut plus travailler comme avant.

Les problèmes de santé peuvent :

  • être déjà là, dès la naissance ou
  • arriver plus tard dans la vie, à cause d’une maladie ou d’un accident.

Le mot « Invalidité » ne dit pas la même chose que le mot « Handicap ». Ces 2 mots ne disent rien de négatif sur la personne. Mais on a besoin de ces mots dans des situations différentes :

  • Invalidité : pendant très longtemps la personne ne pourra plus travailler, ou plus travailler autant qu’avant, à cause des difficultés de santé.
  • Handicap : la personne ne peut pas (ou ne peut plus) tout faire à cause de limitations physiques ou mentales.

A combien s’élève l’invalidité de la personne ?

Pour les assurances ce qui compte, c’est de regarder ceci :
Combien d’argent la personne perd-elle à cause de son invalidité ? Par exemple à cause de la perte de son travail.
La personne peut-elle de nouveau travailler, par exemple si elle reçoit une aide adaptée ou si elle apprend un nouveau métier ?
Et après cela, la personne peut-elle recevoir le même salaire qu’avant son problème de santé ? Si oui, alors la loi sur les assurances dit ceci : la personne n’est pas invalide.

Cela veut dire : pour les assurances, une personne n’est pas invalide si elle n’a pas une perte financière.
Même si cette personne a encore des problèmes de santé importants.  

Voilà pourquoi l’invalidité n’est pas la même chose que le handicap.
Par exemple si une personne perd un doigt dans un accident, dans une situation ça peut être une invalidité, et dans une autre, pas.

On voit avec un exemple la différence entre invalidité et handicap :

Une femme est pianiste. C’est son métier. Elle joue du piano lors de grands concerts. Lors d’un accident, cette femme perd un doigt. Alors elle ne peut plus jouer du piano. Et elle ne reçoit plus d’argent de son travail.
La loi sur les assurances dit ceci : cette femme est invalide. Car à cause d’un problème de santé, elle a aussi des difficultés financières.

Un homme est vendeur dans un magasin. S’il perd un doigt, il n’est pas invalide, selon la loi. Après sa guérison, il pourra de nouveau travailler dans son métier et gagner le même salaire qu’avant.  

Quel est le but de l’Assurance Invalidité (AI) ?

Le but principal de l’AI est la réadaptation professionnelle.
Cela veut dire : l’AI soutient les personnes invalides, pour qu’elles puissent de nouveau travailler.

Si ce n’est pas possible, l’AI paie la rente.

Elle donne aussi de l’argent pour d’autres prestations. Par exemple pour payer quelqu’un qui vient aider la personne invalide.

Qui finance l’Assurance Invalidité (AI) ?

L’AI est financée par un système de répartition.

Cela veut dire ceci : l’argent que l’AI dépense est directement financé par l’argent que l’AI reçoit.
L’argent reçu vient des assurés et des employeurs.
Les assurés, ce sont les personnes qui vivent ou qui travaillent en Suisse. Une partie de leur salaire va directement pour les cotisations de l’AI.

La Confédération suisse paie environ un tiers des dépenses de l’AI.

Une personne invalide peut-elle recevoir de l’aide d’autres assurances ?

Une personne invalide peut recevoir de l’aide de différentes assurances.

La plus importante, c’est l’Assurance Invalidité. Après un accident, il y a aussi l’Assurance Accident. Il y a encore la Prévoyance Professionnelle (Caisse de pension) et l’Assurance Militaire.

Toutes ces assurances aident et versent de l’argent. Mais elles versent de l’argent dans différentes situations et pour différentes prestations. Les assurances décident ensemble qui paie quoi. Cela veut dire : chaque assurance paie certaines prestations et pas d’autres.

Dernière modification 29.11.2022

Début de la page

https://www.bsv.admin.ch/content/bsv/fr/home/assurances-sociales/ueberblick/leichtesprache/iv-ls-rolle-funktion.html